Jeudi, journée sans téléphones portables
Le Journal Permanent du Nouvel Obs - 04 février 2003

Afin de protester contre la multiplication des antennes relais, deux associations demandent aux usagers d'éteindre, jeudi, leur téléphone mobile. "Une grève du portable" destinée à "faire pression sur les opérateurs négligents implantant des antennes relais à proximité des zones sensibles", est organisée jeudi 6 février à l'initiative des associations Agir pour l'environnement et PRIARTéM (Pour une Réglementation des Implantations d'Antennes Relais de Téléphonie Mobile). Dans un communiqué publié mardi, les associations appellent "les 38 millions d'usagers de téléphone portable français à éteindre symboliquement leur mobile" au cours de cette journée. Elles entendent ainsi protester contre les poses d'antennes relais par les opérateur "à proximité des zones sensibles comme les écoles, crèches, maisons de retraite et hôpitaux tout en refusant de baisser sensiblement les seuils d'exposition du public". "Alors que l'usage du portable est un acte individuel, choisi et devrait être limité dans le temps," explique le communiqué, "les antennes relais font l'objet d'une contestation grandissante car elles sont la plupart du temps imposées, générant une nuisance collective et permanente".

66% prêts à éteindre leur portable

Agir pour l'environnement et Priartem se basent notamment sur une étude publiée par le magazine 60 millions de consommateurs du mois de février selon laquelle "66% des sondés indiquent qu'ils seraient prêts à restreindre leur utilisation du mobile pour réduire le nombre d'implantation d'antennes relais". Ce sondage révélait également que "41 % des français se déclarent inquiets de la présence en ville et en campagne de nombreuses antennes-relais, 63% n’accepteraient pas que l’on pose une antenne à proximité de leur lieu de résidence, 75 % sont favorables à ce que leur installation soit interdite près des écoles, 70 % souhaitent une réglementation pour éviter leur prolifération sur les toits et 55 % sont favorables à ce que l’on interdise de nouvelles installations". La journée de jeudi, indiquent les deux associations, doit "être un signal fort adressé aux responsables politiques et économiques quant à la nécessaire prudence devant dicter le développement" de la technologie du portable et notamment de l'UMTS, la troisième génération de téléphonie mobile.

Nouvel Obs - 3 questions à... Stéphen Kerckhove : "Nuisance collective, responsabilité individuelle"

 

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre