Antennes relais : Le lobby à l'affût... les associations vigilantes ! ! !
Agir pour l'Environnement - Priartem - 13 janvier 2003


PARIS

A l'issu d'une concertation ayant duré plusieurs mois, la Mairie de Paris s' apprête à proposer aux opérateurs de téléphonie mobile de signer une charte sur les antennes relais. Les associations demandent à la Mairie de Paris de rester ferme face aux desiderata des opérateurs qui privilégient encore trop souvent une logique purement économique.

En refusant des seuils limites de 2 et 3 V/m, en refusant de prendre en compte la proximité de sites sensibles comme les écoles, crèches, maisons de retraite ou hôpitaux., en récusant la présence des associations au sein de la future commission de concertation, les opérateurs prennent le risque, en faisant un pari hasardeux, de voir leur convention les liant à la Mairie de Paris non renouvelée. Face à cette logique jusqu'au boutiste, les associations demandent à la Mairie de Paris de suspendre les conventions de toutes les antennes relais non conformes à la charte, notamment toutes celles se situant à proximité des sites sensibles ainsi que celles exposant le public à des seuils supérieurs à 2 V/m.

Pour les autres implantations, les associations préconisent un renouvellement temporaire de six mois. A l'issu de cette période, si les opérateurs persistent, les associations réclameront une suspension définitive des conventions permettant aux opérateurs d'installer des antennes sur le patrimoine de la Mairie de Paris et des organismes associés comme les bâtiments HLM. Durant cette période, les associations demandent à la Mairie de Paris d'instaurer un moratoire sur toutes les nouvelles demandes d'implantation.

FRANCE
Au niveau national, l'Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale (AFSSE), missionnée pour mener une étude d'évaluation du rapport Zmirou, vient de subir une OPA inamicale de la part des tenants du lobby de la téléphonie mobile. Ainsi, le Professeur Zmirou aidé de Monsieur Veyret auront la lourde tache d'évaluer le rapport du Pr Zmirou rédigé avec l'aide. de Monsieur Veyret en février 2001. Les associations protestent énergiquement devant cette volonté du gouvernement de mettre prématurément fin à un débat scientifique qui fait rage dans plusieurs pays européens.

UNION EUROPENNE
Les associations vont vérifier la conformité juridique entre la Directive sur la comptabilité électromagnétique qui fixe des seuils d'exposition limitées à 3 V/m notamment pour les appreils médicaux et le décret du 3 mai fixant des seuils bien supérieurs (41 et 58 V/m). La primauté du droit européen sur un simple de décret de circonstance rend ce dernier attaquable devant la Cour européenne de justice. Les associations se préservent le droit de mener une action juridique.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre