Les chasseurs refusent de céder
Le Monde - 4 février 1999


Toulouse de notre correspondant régional

" Nous continuerons de chasser, nous chasserons. " Bernard Mathieu, vice-président de l'Union des fédérations de chasseurs, a clairement appelé les chasseurs d'oiseaux migrateurs à ne pas tenir compte des décisions des tribunaux administratifs qui, dans plusieurs départements, ont interdit que cette chasse se prolonge jusqu'au 28 février, conformément à la legislation européenne (le Monde du 3 février). Cette décision est intervenue à l'issue d'une réunion que les présidents des fédérations de chasse de l'ensemble des départements du sud de la France ont tenu, mercredi 3 février, à Toulouse. " Les parlementaires français ont voté une loi qui permet de chasser jusqu'à la fin février. Nous appliquons la loi française ", a-t-il ajouté, contestant à la directive européenne le pouvoir d'imposer une date de fermeture fin janvier.

Les présidents d'une trentaine de fédérations réunies se sont fait l'écho de la " révolte " grandissante des chasseurs du Sud. " Les gars veulent mettre le feu ", estime M. Saintis, président de la fédération du Gers, où l'interdiction a été prononcée. Pour Pierre Fuzies, responsable des chasseurs de la Haute-Garonne, conseiller régional (CNFPT) de Midi-Pyrénées, " il n'est pas question, dans l'immédiat, de manifestation ni de liste aux élections européennes ". " Nous essayons de freiner, car ça finira mal ", dit-il.

Les présidents de fédération souhaiteraient qu'une délégation parlementaire se rende à Bruxelles pour trouver un compromis. Le prochain week-end, ils seront sur le terrain, " sereinement ", avec leurs troupes et malgré la loi. " La République en a vu d'autres ", considère M. Fuzies.

Jean-Paul Besset

 

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre