Les scientifiques promus gardes-chasse
Matignon soumet aux experts les périodes d'ouverture.
Libération - 5 mars 1999

En coulisse, Dominique Voynet ne cache pas sa joie. A Matignon, où l'on gère désormais en direct le dossier de la chasse aux oiseaux migrateurs, on s'achemine doucement mais sûrement vers un compromis identque à celui que la ministre de l'Environnement avait proposé en juin au groupe socilaiste de l'Assemblée nationale, juste avant le vote d'une loi prochasse contraire à la législation européenne.

" Jospin avait sous-estimé les difficultés juridiques. La solution ne sera pas franco-française mais proposée par la France et validée par l'Europe. Le point d'équilibre sera très proche des positions des protecteurs de la nature face aux chasseurs, qui ont le droit contre eux ", estimait hier Lionel Brard, président de France Nature Environnement à la sorite de cette seconde réunion de concertation à Matignon.

Validation. Le gouvernement a obtenu hier l'aval des deux parties pour la créationd'un conseil scientifique composé d'experts. " Ils se sont enfin entendus sur une source d'expertise commune. L'accord sur les périodes d'ouverture de chasse ne se fera qu'après cette validation scientifique ", se félicitait Bettina Laville, conseillère de Jospin en charge de l'environnement. Les experts ont deux mois pour remettre leur rapport. " L'autre avancée, c'est un moratoire sur certaines espèces menacées, expliquait la conseillère, le gouvernement va donc tenri informé Bruxelles de ces pourparlers décisifs qui déboucheront d'ici à deux mois sur des propositions. Elles devront respecter le droit européen, avec quelques accommodements. " Encore faut-il, comme l'a imposé Bruxelles, que ces accommodements fassent l'objet d'un consensus entre les deux parties.

Bataille européenne. Chez les chasseurs, on tenait hier un double langage. " Pierre Daillant (président de l'Union nationale des chasseurs) a reconnu très clairement que pour l'instant on en eput négocier au niveau européen que dans le cadre de la directive européenne ", affirmait Bettina Laville. Pourtant, sur le perron de Matignon, il a maintenu " son attachement à une modification de la directive de la directive même si elle n'est pas envisageable avant les européennes ". De quoi justifier l'abandon de la manifestation de chasseurs prévue samedi à Cintegabelle, le fief de Jospin. Mais cela augure mal de la capacité des chasseurs à accepter un compromis. Et pour faire entendre leurs voix, ils se lancent dans la bataille européennes. Avec une cible : les Verts. Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT) a décidé de présenter une liste qui sera conduite par Jean Saint-Josse. Après un score de moins de 4% en 1994, le CPNT espère cette fois dépasser la barre des 5%. " Nous ne sommes pas contre une Europe commune, mais opposés à une Europe unique qui ne respecte pas les spécificités culturelles. " Le CPNT veut axer sa campagne sur l'aménagement du territoire, aussi mal géré, à l'en croire, par Dominique Voynet que la chasse.

Matthieu Ecoiffier et Christophe Forcari

 

 

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre