Les fédérations de chasse et les écologistes progressent vers un compromis sur les dates
Chasse, pêche, nature et traditions confirme sa participation au scrutin européen
Le Monde - 6 mars 1999

Une deuxième réunion de concertation, à l'hôtel Matignon, jeudi 4 mars, entre les fédérations départementales de chasserus, l'Office national de la chasse, la fédération France Nature Environnement et la Ligue de protection des oiseaux a permis de progresser au sujet des dates de la chasse aux oiseaux migrateurs. Chasse, pêche, nature et traditions a confirmé, de son côté, sa présence aux élections européennes.

Cintegabelle, le cantondont Lionel Jospin est l'élu, devrait échapper à la grogne des chasseurs. La manifestation planifiée à l'appel des coordinations des régions du Grand Sud, samedi 6 mars, a été reportée. Les fédérations de chasseurs les plus radicales attendent la fin des négociations avec les associations de protection de la nature, sous la houlette du gouvernement. Jeudi, une deuxième réuion de concertation, à l'hôtel Matignon, entre l'Union nationale des fédérations départementales de chasseurs, l'Office national de la chasse (ONC), d'une part, la fédération France Nature Environnement (FNE) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO), d'autre part, s'est tenue dans un climat plus détendu que la première. Une première ébauche de consensus a semblé se dessiner... qui ressemble fort à celui que Dominique Voynet proposait en juin 1998.

Chaque délégation était disposée à sortir de l'impasse juridique dans laquelle la France se trouve, vis-à-vis de l'Europe, depuis le vote de la loi du 3 juillet 1998. Les représentants des chasseurs ont convenu de la nécessité d'avancer les dates de clôture de la chasse aux oiseaux migrateurs , aujourd'hui en infraction avec la directive européenne. De leur côté, les associations environnementales n'exigent plus un respect strict des dates de chasse européennes (ouverture le 1er septembre et fermeture le 31 janvier). Elle envisagent d'accepter des dates plus précoces pour le domaine maritime et pour les espèces pour lesquelles des plans de gestion seront élaborés.

Eviter une condamnation

Un groupe d'experts scientifiques, réunissant des spécialistes du CNRS, du Muséum d'histoire naturelle et de l'ONC, présidé par Jean-Claude Lefeuvre, directeur de l'Institut d'écologie et de gestion de la biodiversité, va être chargé par le premier ministre de rédiger un rapport sur les dates de migration et de reproduction, espèces par espèces, afin de permettre aux deux parties de s'entendre sur des dates de chasse acceptées par tous. Le rapport doit être remis d'ici deux mois afin d'éviter une condamnation toujours pendante par la Cour de justice européenne. Ensuite s'engageront de nouveau les négociations politique s pour élaborer un compromis présnetable devant la Commission européenne. La discussion épineuse semble repoussée après les élections européennes.

La composante la plus radicale du monde la chasse, Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT), a toutefois décidé, comme elle l'avait déjà fait en 1989 et 1994, de compter ses partisans le 13 juin. Jean Saint-Josse, conseiller régional (CPNT) d'Aquitaine depuis 1992, qui a succédé à André Goustat à la présidence du mouvement CPNT, conduira une liste qui entend prôner " l'Eurpe des différences " et " la défense de l'aménagement du territoire ". L'objectif est de dépasser la barre des 5% jamais atteinte jusqu'à présent, afin d'obtenir des élus. M. Saint-Josse aimerait bien intégrer sur sa liste des représentants du monde agricole.

Le mouvement CPNT, qui se défend de toute orientation partisane, se classe toutefois, clairement, dans le camp des adversaires de " l'Europe, telle qu'elle se contruit aujourd'hui ". " Le problème, maintenant, reconnaît M. Saint-Josse, c'est que dans un camp, il y a les Verts. " La formation de Dominique Voynet est la seule qui suscite les foudres du CPNT, toutes les autres listes étant considérées comme seulement " concurrentes ".

Pour sa campagne électorale, CPNT, qui ne bénéficie d'aucune aide publique, entend réunir un budget de 7 millions de francs (1,07 millions d'euros). En conformité avec la législation en vigueur, qui n'autorise plus que des dons provenant de particuliers, la liste CPNT ne pourra recevoir des subventions des fédérations départementales de chasseurs. C'est le 17 avril, à Amiens, que M. Saint-Josse devrait présenter sa liste complète.

Alain Beuve-Méry et Sylvia Zappi

 

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre