Le Dauphiné Libéré - 24 déc.08
Les moins de douze ans sont-ils trop jeunes pour avoir un portable ?


"Portables, antennes relais, wifi : un nouveau TcherMOBILE ? ". Avec un intitulé pensé pour frapper les esprits, dix associations ont lancé il y a quelques jours une grande campagne de sensibilisation aux risques sanitaires générés par une utilisation prolongée du portable. Des risques qui seraient encore plus importants pour les enfants, surtout âgés de moins de douze ans.

72 % des 12-14 ans équipés d'un portable

Cette campagne, elle n'a pas été lancée au moment des fêtes de façon anodine: l'idée est de mettre en garde les parents qui offriront comme cadeau de Noël à leur enfant un portable. Ce qui semble se faire de plus en plus, comme on le note presque unanimement dans les boutiques de téléphonie mobile gapençaises. Mais, si chez SFR ou Orange, on indique « vendre plus de téléphones pour Noël qu'avant, notamment à des parents pour leur enfant », au Club Bouygues, on ne note pas spécialement de surcroît de vente de portables à destination des jeunes : « c'est toute l'année, et particulièrement en septembre et octobre au moment de la rentrée ». Unanimes aussi, les commerçants spécialisés, sur l'âge approximatif à partir duquel les parents équipent leurs enfants d'un portable : « c'est souvent au moment de l'entrée en collège, quand ils prennent plus d'indépendance, ou alors vers 13 ou 14 ans ».

A priori, donc, peu de jeunes enfants se retrouvent en possession d'un téléphone mobile. Mais il y en a: 18 % des écoliers seraient dans ce cas, contre 72 % des 12-14 ans.

"Le portable avant 12 ans, c'est non !"

12 ans, c'est justement l'âge charnière mis en avant par les associations à l'origine de la campagne contre l'utilisation du portable par les enfants. Et par la ville de Lyon, première municipalité à afficher sur ses murs sa conviction dans le domaine à l'aide du slogan "le portable avant 12 ans, c'est non !"

En effet, selon la vingtaine d'experts signataires d'un appel à une utilisation raisonnée (lire par ailleurs), "les organes en développement (donc du foetus et de l'enfant) sont les plus sensibles à l'influence possible de l'exposition aux champs électromagnétiques".
« Le consensus existe aujourd'hui pour constater la vulnérabilité toute particulière des enfants. Selon une étude récente de l'Université de Porto Allègre, le cerveau d'un enfant absorbe 60 % de radiation de plus que celui d'un adulte. La boîte crânienne d'un enfant, d'un volume plus petit, reçoit plus et plus profondément les ondes du portable », précisent les associations engagées dans la campagne.

« C'est enfin un sujet qui émerge sur la place publique »

Parmi elles figure la Ligue de l'enseignement, dont Denis Lebioda est le chargé de mission pour les Alpes du Sud. Il explique : « on est dans une situation de lanceurs d'alerte, c'est enfin un sujet qui émerge sur la place publique ». Lui-même sait de quoi il parle, puisqu'il est électro-sensible : « j'ai déménagé de la région parisienne au Champsaur pour cette raison. Chaque fois que j'allais dans des endroits perdus, ça allait mieux. Mais aujourd'hui, c'est difficile d'échapper aux ondes électro-magnétiques: une seule demi-journée à Gap, ça veut dire deux jours d'arrêt complet après ».

POUR EN SAVOIR PLUS

Une réunion publique est prévue à Gap le 13 février prochain autour des "antennes relais et leur conséquences" avec notamment l'intervention du Dr Pierre Souvet, cardiologue à Aix-en-Provence et président de l'association Santé Environnement Provence, de la vice-présidente et du Dr Patrice Halimi. Le thème de la téléphonie mobile sera aussi discuté.

REPÈRES

CHIFFRES
La France compte 55,7 millions d'abonnés au téléphone mobile, soit un taux de couverture avoisinant les 90 % de la population française.
Un abonné utilise chaque mois son portable en moyenne deux heures et demie et envoie une quarantaine de SMS.

FRÉQUENCES
Trois bandes de fréquence sont utilisées dans la téléphonie mobile : le 900 MHz et le 1800 MHz (dédié à la transmission de données orales) et le 2100 MHz (numériques). Le WiFi, nouvelle application dont l'utilité est d'éliminer les fils reliant les bornes Internet aux ordinateurs et autres périphériques, fonctionne sur une fréquence supérieure, de 2450 MHz.

LES ASSOCIATIONS EN CAMPAGNE
Sont engagées dans la campagne de sensibilisation et de mobilisation citoyenne "Portables, antennes relais, wifi : un nouveau TcherMOBILE ? ", les associations suivantes : Agir pour l'environnement, PRIARTéM, Artac, FCPE, CSF, Ligue de l'enseignement, les Amis de la Terre, Action Consommation, Supap-FSU et Silence. Cette campagne est composée d'un "quatre pages" et de trois cartes-pétitions ciblant les ministres de l'Ecologie, de la Santé et de l'Education nationale.

Adeline TAUPIN


> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre